fbpx

Le stress parlons-en !

Sans stress pas de vie

Le stress est essentiel à la vie. Il est le moteur de l’évolution et de l’adaptation. Il nous aide à passer des caps, à faire face , à nous dépasser pour traverser les situations difficiles. Ce processus physiologique est prioritairement biologique avec des conséquences physiques, émotionnelles, cognitives et psychologiques. Si le stress est utile, il peut être dangereux quand il est prolongé.

Le bon stress

C’est la zone du stress qui nous permet de faire face aux situations nouvelles, difficiles ou imprévues tout en restant en bonne santé. Dans cette zone, notre corps est boosté : il réfléchit plus vite, il bouge mieux, il s’adapte plus rapidement. Toute la question est de savoir activer ce bon stress quand cela est nécessaire. Il est important de comprendre que cela ne s’invente pas et qu’il y a une stratégie et une préparation physique et biologique spécifique à suivre.

Le mauvais stress

Il épuise le corps en installant un feu biologique qui pille nos ressources biologiques et une amnésie corporelle dont nous n’avons pas conscience car elle s’installe graduellement. Cela veut dire que nous contrôlons de moins en moins un corps qui ne cesse de s’épuiser. Chez Actistress, nous disons que le stress nous épuise et nous décorpore passivement . Cela se traduit par une plus grande fragilité face aux maladies, une tension constante de fond et une baisse drastique de notre capacité de récupération et d’interaction avec l’extérieur (perte d’écoute, d’attention, de réflexion, de vision, d’anticipation…).

Le stress parle au corps avant la tête

Quoique nous pensions, nous sommes des ANIMAUX pensants avant d’être des êtres pensants. En ce sens, le mécanisme de stress qui est un moteur de l’évolution a toujours parlé et parlera toujours en premier à « l’animal ». Le stress prépare donc l’animal humain à une situation imprévue en mobilisant l’énergie de son corps à l’image d’un effort physique intense. Cet effort physique qui implique prioritairement le système nerveux et hormonal a des répercussions émotionnelles, cognitives et psychologiques .

Cela veut dire que le stress nécessite bien la mise en action première d’une biologie et d’une physiologie spécifiques confirmant ainsi que le premier « rempart » au stress est physique, biologique et nerveux avant d’être psychologique. Approcher le stress sous le seul angle de la tête (sauf en dehors des souffrances et des traumatismes psychologiques) sans évaluer et améliorer la qualité du « rempart » physique et biologique limite drastiquement la portée et la durabilité de ce type de prévention ou de traitement.

Actistress vs Mauvais stress

La méthode Actistress vous apprend à activer le bon stress dont le corps et la tête ont besoin pour faire face confortablement au mauvais stress dans la durée. Cette activation du bon stress nécessite de savoir se préparer au stress et non de seulement le gérer. Le concept de « RECORPORATION ACTIVE » créé par Lionel Pages fondateur d’Actistress vous prépare au stress rapidement en activant le bon stress dans la durée.