fbpx
loader image

Burn Out au travail | Prévenir l’épuisement Physique, Emotionnel et Mental

En milieu professionnel, on parle de burnout lorsqu’une personne atteint un niveau d’épuisement physique, émotionnel et mental ne lui permettant plus de réfléchir et de travailler.

Le burnout encore appelé syndrome d’épuisement professionnel ne survient pas du jour au lendemain, il fait suite à un investissement prolongé au travail face à des situations éprouvantes émotionnellement. L’accumulation du stress causé par ces situations entraine un effondrement physique, émotionnel et psychique dont la durée varie d’une personne et d’une situation à l’autre.

Burn Out Définition

Il existe deux définitions du burnout selon qu’elle vient de l’OMS ou de l’HAS (haute autorité de santé française).

Celle de l’Oms décrit le burnout comme « un syndrome […] résultant d’un stress chronique au travail qui n’a pas été géré avec succès ». L’HAS (Haute Autorité de Santé) parle elle d’un « épuisement physique, émotionnel et mental qui résulte d’un investissement prolongé dans des situations de travail exigeantes sur le plan émotionnel ». Il est intéressant de noter que l’approche française se focalise sur les causes du burnout et ses conséquences sur la santé ; l’approche anglo-saxonne se focalise elle beaucoup plus sur l’idée que le burnout lié au stress chronique n’est pas une fatalité.

Pour autant, les conséquences peuvent être terribles (conséquences humaines bien sûr, mais aussi conséquences économiques) et les personnes touchées décrivent un accablement, une démotivation et un épuisement profonds leur rendant impossible la prise de décision et l’envie d’avancer ou de se projeter.

Il est très important de traiter l’épuisement professionnel dès l’apparition des premiers signes, mais encore faut-il les connaitre et savoir les identifier à temps avant qu’ils ne nuisent à la qualité de vie en entreprise.

Reconnaitre les signes de l’épuisement

Le parcours est long avant que l’épuisement professionnel ne soit visible. Le ressenti des personnes atteintes est une forme de déshumanisation et une incapacité marquée à faire face aux situations simples du quotidien. Il s’ensuit souvent un cynisme croissant et un désintérêt profond pour les autres et les évènements de la vie courante. Les signes les plus fréquents tant psychologiques que physiques sont :

  • Une démotivation constante par rapport au travail et à la tâche non accomplie ;
  • Une Irritabilité marquée et une humeur changeante de plus en plus fréquentes. Cela peut être par un sentiment d’échec entrainant un changement flagrant de la personnalité. Cette dépersonnalisation, bien connue des spécialistes, impacte les dimensions familiales et professionnelles de la personne touchée.
  • Un comportement cynique et un sentiment constant de frustration. Le cynisme est une défense face à l’impossibilité de réaliser la tâche demandée alors que tant d’énergie est déployée. La personne non préparée est totalement submergée et installe un sentiment de frustration croissant qui fera le lit du burnout ;
  • Les sentiments d’échec, d’incompétence et de perte de confiance en soi.

The bad stress, la fatigue et le sentiment d’insécurité associés à cette situation d’échec créent une anxiété qui va se développer avec de multiples symptômes physiques :

  • Fatigue extrême persistante parfois accompagnée de douleurs et selon les personnes, de maux de dos, de douleurs musculaires, de migraines, et autres douleurs ;
  • Problèmes digestifs pouvant entraîner dans certains cas des ulcères d’estomac.
  • Troubles du sommeil qui conduisent à une altération profonde des capacités de récupération des organismes. Cette atteinte du sommeil est très fragilisante.
  • Problèmes cutanés, perte ou gain de poids ou encore infections telles que rhume, grippe, otite, sinusite.

L’approche Actistress pour prévenir le Burnout

Tous les burnout n’ont pas la même origine !

Les premiers sont liés à un épuisement psycho-émotionnel causé par des conditions de travail difficiles souvent associées à un contexte de harcèlement, de violences ou de tensions liées à une organisation du travail dysfonctionnelle (rythme de travail trop soutenu, absentéisme chronique imposant une répartition des tâches non faites sur le reste des équipes, manque de personnel…). Ce type de burnout se retrouve à tous les niveaux de management même si les causes diffèrent :

  • Les fonctions de direction sont plutôt confrontées à une charge de travail excessive directement associée à des objectifs élevés à atteindre et aussi à faire atteindre. Elles peuvent alors retransmettre aux équipes qu’elles dirigent une forte pression si l’organisation du travail n’est pas à la hauteur des objectifs à réaliser ;
  • Les fonctions subalternes sont plutôt confrontées aux conséquences d’une désorganisation du travail et d’un management maladroit, mal-préparé, dépassé ou sous-pression générant risques psycho-sociaux et mal-être au travail.

Les seconds sont liés à un épuisement neuro-physiologique (neuro-médiateurs) dûs en premier à un épuisement physique, biologique et nerveux qui débouche sur un épuisement émotionnel, cognitif et psychologique. Ce type de burnout touche les fonctions de direction qui choisissent leurs objectifs et sont à l’aise dans leurs métiers. Ils choisissent donc leur charge de travail. L’épuisement physique et biologique est surtout dû à un excès de travail, un manque de récupération et une hygiène de vie qui n’est pas adaptée au rythme de vie (trop de nourriture, d’alcool, manque de sommeil, sédentarité…). D’un point de vue physiologique, il se construit autour d’un emballement du système nerveux qui ne sait plus se mettre sur pause, entraine une surproduction du cortisol qui va de pair avec un effondrement des neuro-médiateurs et un affaiblissement de fond du système immunitaire. C’est ce type de burnout que nous prenons en charge via la méthode Actistress. Pour cela, nous procédons en deux étapes :

  • Une première étape qui consiste en l’établissement d’un diagnostic biologique complet associé à 3 tests de personnalité permettant d’évaluer le niveau d’agression du corps par le stress et le type de personnalité de la personne en burnout afin de comprendre ce qui l’a mené là ;
  • Une seconde étape sous forme de cure d’urgence de 8j (3j/3j/2j) au sein du centre Actistress qui vise à couper l’emballement du système nerveux. Cela permet de relancer la capacité physiologique de récupération.

Nous obtenons des résultats surprenants de rapidité nous rappelant que le stress fait partie de la vie du corps et qu’il n’est toxique que lorsque nous n’y sommes pas préparés.